mercredi , décembre 12 2018
Accueil / Actualités en temps réel / Selon Bemba sur Rfi, l’Est a marginalisé l’ouest

Selon Bemba sur Rfi, l’Est a marginalisé l’ouest

Selon Bemba sur Rfi, l’Est a marginalisé l’ouest

Le leader du Mlc sera à Kinshasa le 1er août 2018. Ce ne serait que l’annonce de la Secrétaire générals du Mlc, Eve Bazaïba, plus personne n’y croirait. Car, plus d’une fois, alors que les horizons étaient bouchés , pour Bemba, Mlc, son parti politique, avait annoncé plus d’une fois son retour. C’était le cas avant les élections de 2011. Cette fois, non seulement Bemba a quitté la prison, mais aussi, dans un point de presse , il a lui-même annoncé son retour. Il vient présenter sa candidature à la présidentielle du 23 décembre prochain.

Dans son point de presse, le leader du Mlc a dit rentrer au pays sans esprit de vengeance, sans rancunes. On ne sait pas à quoi il pensait en disant cela. Son arrestation avait-elle quelque chose à voir avec les Congolais ? C’est le discours politique entendu au debut de son affaire. Mais tout au long du procès, il a été démontré qu’à la base de son infortune, se trouvait le dossier centrafricain. Il y a aussi FDIH qui était au four et au moulin, pour envoyer Bemba à La Haye. A part les bruits sur ses anciens amis du Mlc qui seraient partis témoigner contre lui, rien n’a été dit sur une éventuelle collaboration du gouvernement congolais dans son dossier. Malgré le fait que le gouvernement avait le devoir de collaborer avec la Cpi, c’est plutôt la Belgique qui avait coopéré, Bemba se trouvant en Europe au moment de son arrestation.

En parlant de retour sans rancunes ni vengeance, voulait-il faire allusion aux dossiers congolais dont, la rébellion, la guerre de Kinshasa, …Là, c’est à lui de demander un accueil sans rancunes.

Là où le leader du Mlc est sorti de gong, sans contrôle, c’est lorsque répondant à la question de Rfi consistant à savoir s’il se considérait et venait comme leader de l’Ouest, Bemba a commencé par condamner ce discours est-ouest. Mais lorsque la consœur le relance avec la sous question sur la lettre que lui aurait adressée les politiques de l’ouest, lettre dans laquelle, selon la consœur, on dénonçait la marginalisation de l’ouest par le pouvoir qui serait de l’Est, Bemba est tombé dans le piège. C’est ici qu’il est sorti de gong, toutes griffes dehors. Non seulement il a approuvé l’existence de cette démarche des gens de l’ouest, mais aussi, il leur a donné raison. Pour lui, tout est pour l’Est, l’économie, l’armée, tout. Et de conclure, tout cela n’est pas acceptable. Le Congo a plusieurs tribus, plusieurs ethnies, … pourquoi certains Congolais seraient privilegiés. C’était parti le discours ferment de la fracture Est-ouest.

C’est grave comme accusation. Cela veut dire qu’il y aurait dans ce pays une politique marginalisant certains Congolais sur base de leur appartenance à l’Est ou à l’ouest du pays. Et pourtant, au niveau du gouvernement, petit exemple tiré au hasard, depuis 2006, on a connu cinq Premiers ministres dont un seul de l’Est, deux de l’ouest et deux du centre. Chacun est resté au pouvoir selon les circonstances politiques du moment.

Quant aux membres de l’Exécutif, les gouvernements connus étant de coalition, la répartition des ^postes se fait suivant les composantes dans le respect de la répartition géographique, abusivement appelée par les politiciens « géopolitique ». S’il y a eu des abus, on les doit aux chefs des partis et non à une politique mise en place par les dirigeants du pays.

Au niveau de la défense, on a connu pendant des années, jusqu’à la retraite un Chef d’Etat-major originaire de l’ouest. L’actuel l’est également. On peut en dire autant dans magistrature. Sauf, si on veut dire que l’Est devrait être exclu de tous les postes de responsabilité au profit de l’ouest. Rien de commun avec ce que nous avons connu sous la deuxième République de Mobutu où l’armée était l’affaire, non pas de l’ouest, mais de la province de l’Equateur. Cela a tellement duré que certains originaires de cette province ne supportent pas qu’ils reviennent dans les rangs. Ils considèrent toute personne d’autre province aux postes de responsabilité comme une usurpation des droits.

C’est un constat fait par plus d’un Congolais. Un sentiment que plus d’un ont dénoncé. La raison est toute simple, lorsqu’on a mangé salé, on ne se passe plus du sel. Mais de là, refuser le sel aux autres, les condamner parce qu’ils en mangent dans leur assiette, il y a de quoi être inquiet à l’idée que la campagne électorale prochaine, porte sur le discours Est-ouest. Surtout lorsque celui qui le dit, qui professe la division, aspire à la magistrature suprême de ce pays.

Comme quoi, le leader du Mlc a annoncé les couleurs. De quelle manière et à quel moment !

www.4verites-rdc.com

Voir aussi

Kabila au peuple, Kabila au peuple

La traite, la colonisation, les sécessions, les agressions, les rebellions, n’ont pas eu raison du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *