mercredi , décembre 12 2018
Accueil / La Colombe / La Paroisse sainte RITA a honoré sa patronne et soufflé sur sa 28eme bougie

La Paroisse sainte RITA a honoré sa patronne et soufflé sur sa 28eme bougie

La Paroisse sainte Rita du diocèse de Kisantu, située à la cité Mpumbu, sur le flanc gauche de la route conduisant vers la gare  de Kmwenza, le lac de ma vallée et les célèbres chutes de la Lukaya à Kinhsasa  Mont  Ngafula,  a été en effervescence la semaine  écoulée.  En effet, après une bonne préparation spirituelle, à travers   prières, retraite, et neuvaine, cette Paroisse  a vibré le dimanche 21 et LUNDI 22 MAI 2O17  sous une ambiance  festive auréolée des chants et danses, sous l’animation des chorales de la Paroisse. C’était à l’occasion des  28ans de son existence  et pour rendre hommage à la sublime  Thaumaturge, la Sainte des cas impossibles de CASIA , et avocate des causes désespérées. Ces deux événements ont été accompagnés  par des offices religieuxcélébrés par les pères  Maurice NESAYO  et AUBAIN  Kusondama, respectivement curé et vicaire de la Paroisse Sainte RITA.

Dans son homélie de dimanche 21 mai, le père curé avait  déclaré que Sainte RITA est la protectrice de leur paroisse. Il a  ajouté qu’il ne suffit  pas de dire seigneur, seigneur, mais  il faut accomplir la volonté de DIEU. Il  nous arrive  que dans la souffrance, nous oubliions la présence de L’Esprit Saint  qui est toujours là pour nous consoler, nous guider jusqu’au retour du Christ. Il a ajouté que cet  Esprit Saint  n’est pas connu par les hommes de ce monde, parce qu’ils vivent dans les péchés. Et de signaler aussi que l’Esprit Saint  a  réuni  les Samaritains et les pharisiens qui étaient des ennemis. Tous étaient habités d’un même esprit  et parlaient la même langue. Par conséquent,les ennemis d’hier sont devenus des amis. C’est l’héritage nous légué par Jésus,  a-t-il rappelé avant d’inviter les chrétiens de prier sans cesse comme nous le recommande  Saint  Pierre. Il a invité les chrétiens à ne pas se décourager devant les difficultés, mais plutôt à rentrer dans la maison du père car, il y a une personne qui intercède pour nous dans les cas que nous jugeons impossibles et désespérés. C’est Sainte Rita.  ll a exhorté les chrétiens de la suivrecomme modèle pour toutes les catégories des fidèles, au regard de  sa vie.  Pour les jeunes, elle est un modèle d’obéissance aux parents, et un modèle de douceur et de tendresse aux mamans. Elle est aussi un modèle  de pardon pour nos offenses à« nos bourreaux », modèle pour les parents qui sont soucieux  d’une vie vertueuse de leurs enfants. Modèle pour les consacrés( religieux et religieuses). Elle représente une expérience difficile de vie consacrée, (elle a été acceptée au couvent après plusieurs épreuves,15ans de souffrance et de plaies, sans renier sa foi).

De son côté, le père vicaire AUBAIN  KUSONDAMA  a invité les chrétiens à  s’approprier des trois vertus de la glorieuse SAINTE  RITA A SAVOIR : Boyokani, Molende na losambo, Bolimbisani . Il  a martelé que  c’est dans l’entente et l’amour,la persévérance et la patience, dans la prière et surtout avec le sens du pardon qui libère que nous pouvons parvenir  à la résurrection.

Rita, la sainte des cas impossibles

Sainte Rita, née Marguerite, c’est-à-dire la perle, est née en 1381 de Antonio Lottius et de Aimée Ferri Amata.Elle est originaire du village Rocca Porena, près de CASCIA, en Italie. Encore bébé, Rita fut envahie des abeilles sur son berceau, entrant et sortant de sa bouche, sans lui faire du mal. Un homme couvert des plaies, qui a voulu chasser ces bestioles, a vu ces plaies guéries.

A 16 ans, Rita a voulu devenir religieuse, mais sera mariée à 18 ans contre son gré à un mari très brutal, du nom  de Antonio-Fernado Mancini. Elle obéit à ses parents,  se  maria et se mit  en prière.  De ce mariage  sont  nés des jumeaux  qui héritent du caractère brutal et grossier de leur père. Ce dernier, fut assassiné par  ses pairs et ses enfants  décident  de le venger. RITA pardonna à ses bourreaux et  implora   DIEU  qu’il  reprenne  ses enfants  dans  son royaume au lieu  qu’ils pèchent.  Elle fut exaucée et  RITA  se retrouve  désormais seule au monde.Elle sentit renaitre  en elle  le désir  de devenirreligieuse après avoir été éconduite à trois  reprises  du couvent des  sœurs Augustiniennes.  Voici qu’elle s’y trouve miraculeusement  introduite  par trois inconnus : Saint Jean  Baptiste, Saint  Augustin et Saint Nicolas de Tolentino qui disparaissent après avoir accompli  leur mission. RITA  fut acceptée avec beaucoup de peines   au couvent ou elle mena  une vie  de calvaire.  La supérieure du couvent lui  imposa d’arroser un figuier desséché depuis  4OOANS  lequel finit par  reverdir.  Elle accepta  la souffrance d’une  épine au front pendant 15ans. Elle a fait  face aux épreuves.

Peu de temps avant sa mort, en plein hiver, RITA,  malade, exprima le désir d’avoir des roses  et des figues. Elle pria une de ses parents de lui en trouver et ces merveilles se produisirent. De là vient la tradition  de bénédiction des roses  au jour de la fête  patronale. Elle mourut le 24  Mai1457. Les merveilles et les prodiges qui s’opèrent près du corps de RITA  valent à RITA  la réputation  de la gloire  de SAINTE. Elle est  la perle de l’ombre, la gloire de L’Italie,l’honneur de Saint Augustin.

Dévotion Sainte RITA : groupe à charisme propre 

Une grande dévotion est née dans l’église à la suite de cela. A Sainte RITA, elle est dirigée par  Maman Béatrice Suenga, comme présidente,Nzunga Faustin, vice –président, Honoré Songani et Robert Maba, secrétaires.  Tandis que Mamans Helène Panzu et Thérèse Kimfuta sont des trésorières : Mamans Andhu-Théthé et Suzanne  Ewange, des conseillères.

Activités de la dévotion Sainte RITA

  Les dévots organisent la prière chaque jeudi à l’église, l’exercice de 15 jeudis(février et mai) pour les 15 ans de souffrance de Sainte Rita. Puisqu’elle avait un regard tourné vers les pauvres, ils font des actes de charité aux orphelinats, hôpitaux, indigents. Pour maman Béatrice Suenga, présidente de la dévotion, la prière de Rita comme intercession de tous nos fidèles patrons est entendue par le père céleste qui l’a placée sur notre chemin comme modèle à suivre. Elle ajoute que Rita est une Sainte complète, elle n’aps une prière spéciale. Les dévots prient la Litanie de prières de Sainte RITA, la neuvaine de  Sainte  RITA et le chapelet ordinaire.  Pour elle, il faut prier avec foi et soumettre vos intentions  de prière à  RITA. Car, au nom de RITA , fuient fièvres,  blessures, pestes, maladies, douleurs, démons,  grèle et tempête, a-t-elle fait remarquer.

Historique de la PAROISSE Sainte RITA

En 1976, la cité Mpumbu, à peine lotie, n’avait pas d’église catholique locale. Par manque d’un lieu de culte, les fidèles  fréquentaient les églises des environs : protestante, Kimbanguiste, NZambe Malamu et Saint ESPRIT.  Devant cette situation,  un fervent chrétien catholique Venant  Lupaka,  assité d’Augustin Maba, animés par leur foi catholique,  se sont  réunis  avec quelques chrétiens pour prier. Venant LUPAKA adressa alors une demande écrite de prêtre auprès du cardinal MALULA et deMgr MAYALA , respectivementarchevêque de KINSHASA  et évêque de Kisantu. En 1978, il reçut la visite du père  JACQUES  PALACIO  de la compagnie  de Jésus , vivant  à KIMWENZA et envoyé par le diocèse de Kisantu . Face  à l’urgence d’avoir un prêtre  animateur,  la date du 18 NOVEMBRE 1978  a été retenue pour la première messe. C’est-à-dire, l’existence officielle   de la communauté chrétienne catholique  de la cité  Mpumbu, sous la supervision  et l’animation deSainte Marie de KIMWENZA. SAINTE  RITA  était  animée par le père  JACQUES  PALACIO, assisté du  père  ALVARO CROOKE ainsi que de  quelques  Scolastiques. Chaque  dimanche, la petite équipe pastorale  venait célébrer la messe sous les  rameaux,  dans une parcelle d’un fidèle  et administrait les sacrements  à la grande satisfaction des chrétiens qui retrouvaient  enfin leur identité.  Cette joie  s’accentua par le retour massif  des fidèles catholiques partis  prier dans des églises trouvées sur place. Devant cet enthousiasme et sur instruction du diocèse de Kisantu, les missionnaires de la CONSOLATA  entreprirent alors la construction de la première  église qui fut achevée en 1984. Entretemps,le centre reçut un grand espace de la concession  de BISENGI MANA  pour les œuvres sociales. Dès 1986,après la tenue de la session Eglise Monde  à MATER  DEI,FLORIBERT  MWAMBA TSHIYOLO  succéda à  VENANT  LUPAKA comme président du centre.L’esprit créatif de l’équipe d’animateurs ainsi que le sens d’organisation  des fidèles  ont  permis au centre de vite acquérir le statut de paroisse autonome. La nouvelle paroisse englobait  MARIE  Immaculée conception de Matadi M                            ayo  en plus de la cité MPUMBUet des quartiers Sebo et Matadi Kibala .

Par sa lettre du 28 Février 1989,S.E. Mgr Mayala confiait la nouvelle paroisse aux missionnaires  de la Congrégation des religieux de Saint Vincent de Paul.  Huit curés s’y succèdent :   GERARD DE COUTURE, 1987-1992, ANDRE BONNEAU, 1993-1996,MICHEL LEGENDRE, 1996-1998,  AUBAIN  KUSONDAMA, 1998-2OO3, PATIENCE MPAYEMBE,   2OO3-2OO5, Charles  Alain PULULU, 2OO5-2OO8,GREGOIRE  TSHIMANIKA, 2OO8-2O14, MAURICE  NESAYO, 2O14 ànos jours. Ce jeune curé est  assisté dans cette lourde tâche de : père AUBAIN  KUSONDAMA, Vicaire, HUGO KIELEKA,   animateur paroissial, SAMMUEL NDONGALA, secrétaire,  avec leconcours de plusieurs congrégations missionnaires  œuvrant dans la paroisse.Parlant des miracles palpables de  Sainte RITA, dans son homélie, le père AUBAIN  a fait allusion  à la transformation de jour en jour de la paroisse. Plusieurs réalisations sont à l’actif de l’actuelle équipe, notamment l’achèvement des travauxde la construction  de l’église (carrelage de l’église, construction de la tour de la cloche, aménagement du terrain paroissial, la réfection de la grotte Mariale et  le Sanctuaire de sainte RITA, stabilisation de l’électricité,instauration des trois messes chaque  dimanche … et surtoutle retour massif des fidèles qui  étaient partis prier  ailleurs, sans oublier l’ambiance de convivialité et de bonne famille qui règne dans cette paroisse.

 André MakieseMansi

 

Voir aussi

Cnsa : la tripartite qui accouche d’une souris

L’opposition congolaise a une grande capacité d’oubli. Une capacité tellement grande que souvent, tout vire …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *