Accueil / Culture / La journée Nationale de la photographie a vécu

La journée Nationale de la photographie a vécu

Les membres de l’Association Nationale de  Photographes du Congo, ANAPHOCO en sigle, ou mieux les chasseurs d’images de la République Démocratique du Congo, ont été à l’honneur le mardi 17 octobre 2017.Ils ontcélébré la journée nationale de la photographie, journée du reste  dédiée au métier de la photographie qui est   commémorée le 10 Octobre de chaque année. A savoir que cette célébration a été décalée de la date du 17, à la suite du décès de Godé NZINGA, la charmante épouse du  Président National de cette Association,  André MAKIESE Mansi. La cérémonie a eu lieu à l’espace Bébé Climatiseur situé au quartier  Matonge dans la commune de Kalamu, à Kinshasa.Plusieurs  invités de marque ont rehaussé de leur présence cettecérémonie. Parmi celles-ci, le directeur Ngoyi,  représentant du Secrétaire Général à la Culture et Arts, l’honorable Jean Marie NTANTU Mey, président du Conseil  National de la culture, monsieur Benoît Kambere, Secrétaire  Général de l’Union Nationale de la Presse Congolaise( UNPC), et bien d’autres grandes personnalités.   Deux moments forts ont retenu notre attention à savoir l’élection des membres   du Comité Provincial de la ville province  de Kinshasa et la restitution du séminaire sur la transformation  des associations culturelles en  Entreprises culturelles   créatives. Sans oublier la présentation   du comité provincial de l’ANAPHOCO  ville   de  Kinshasa.   Ici, il a été question d’élire toute une coordination devant assurer la bonne marche de l’Association  au niveau de la ville province de Kinshasa. Dans une ambiance mouvante et à l’unanimité, Monsieur Maria  Makukula  Matumona  a été élu  président provincial. Tandis que  André Kimbuta  MUDIDI en qualité device-président, Didier  MAKIOBO,secrétaire provincial, Désiré MANDONDO  secrétaire  adjoint ,  NKENMOSENGO, trésorier,RICKY  LOBANGA, Relations publiques  et mobilisation,ALBERT  MOTAMBA, relations publiques   adjoint. Il faut noter en passant que ce comité ainsi mis en place est incomplet, dans la mesure o d’autres postes importants restent à pourvoir. Le second moment   dit moment herculéen de la cérémonie, a été consacré à la restitution du séminaire sur la transformation des Associations Culturelles en Entreprises Culturelles Créatives ainsi qu’à la présentation du Comité Provincial de Kinshasa, par le Président National. Sous des vives hourrahs, André MAKIESE Mansi, président national de l’ANAPHOCO, a pris la parole pour faire la restitution  du séminaire.C’était en ces termes : «  Chers compagnons d’armes, pour ne pas dire « chasseurs d’images », qu’il me soit permis de prendre la parole devant vous en marge de la journée nationale de la photographie, événement célébré chaque année, en date du 10 Octobre. En effet, c’est à partir du premier séminaire national de renforcement des capacités à l’intention des photographes de notre pays en 2002 ayant réuni près de 1.500 photographes amateurs et professionnels dont certains étaient venus des provinces, dans la grande salle de fête de la paroisse Saint Joseph de Matonge pendant trois jours, qu’il avait été décidé de retenir cette date du 10 Octobre pour commémorer cet événement. « Ce dernier était marqué par la présence de grandes personnalités de notre pays, en l’occurrence, Me KINKELA VIKA NSI dont je salue la mémoire pour s’être distingué particulièrement en matière de Droits d’auteurs et droits voisins », a –t-il ainsi signifié.Car selon lui, jusqu’aujourd’hui, les photographes ont encore du mal à s’approprier du concept de droits d’auteurs et droits voisins qui fait toujours l’objet des préoccupations de l’ANAPHOCO. Pour ranimer certains de ses compagnons qui sombrent dans le doute, le président national de l’ANAPHOCO a prouvé noir sur blanc que, si le trio photographique « MABOKO »  entendez par là, les photographes MALATEAU, paix à son âme, BOWULEet KOKOLO, ont retrouvé leurs droits d’auteurs sur le portrait officiel du Chef de l’Etat,c’est grâce à l’apport de leur corporation. « Pourtant l’ANAPHOCO, Créée en 1980,  avait pour mission d’organiser la profession des photographes en R.D.Congo, en  édictant les règles éthiques et déontologiques et de promouvoir la photographie sur le plan moral et professionnel, tout en renforçant la cohésion et compréhension entre photographes », a expliqué le numéro un de l’ANAPHOCO, avant de renchérir que37 ans après, en  l’absence  même d’un cadre logique et institutionnel spécifique et adéquat en art et métier de photographe dans notre pays, des efforts ont été fournis. A titre d’exemple, en Mai 2012, l’ANAPHOCO, par le truchement de son Comité National avait pris part aux travaux de la rédaction du projet de la politique culturelle de la R.D.C, sous les auspices du Ministère de la Culture. « Ce que nous avions obtenu comme gain de cause, est que, l’Etat Congolais s’était engagé à travers l’article 35 alinéas 2 et 3 de la Constitution, à encourager le petit commerce de l’art et de l’artisanat Congolais par les Congolais et qu’il devait veiller à la protection de l’expertise des compétences locales et enfin, fixer les modalités d’exercice de ce droit. Mais beaucoup reste encore à faire »,a expliqué André MAKIESE. Quant à la transformation des Associations Culturelles en entreprises culturelles créatives, le président Mansi a fait savoir que,c’est depuis le mois de Mai de l’année en cours qu’il avait représenté les photographes de la RDC à l’hôtel Venus où s’était organisé un séminaire de trois jours, sous le haut patronage du feu le Ministre BANZA Mukalay. «A l’issue de ce séminaire, il a été décidé que les Associations Culturelles, dont l’ANAPHOCO soient transformées en Entreprises culturelles Créatives. Ainsi, tous les photographes se retrouveront en dépit de leur appartenance à quelques regroupements que ce soit, en vue d’encadrer la gestion à but lucratif de la corporation nationale des photographes dans notre pays et de créer  de la richesse (des biens ou des revenus en abondance) et des emplois(en abondance) », a-t-il rapporté. Pour terminer, le président MAKIESE a tenu à informer ses membres que l’ANAPHOCO négocie des partenariats  pour   mieux renforcer leurs capacités afin de   leur permettre de créer leurs propres entreprises, mais aussi, de mettre en place des projets bancables répondant aux normes, en vue  d’obtenir des crédits. « J’en appelle au bon sens de tous et  tout un chacun afin que cette rencontre soit pour nous un nouveau départ pour l’unité des photographes de la R.D.Congo, nonobstant nos divergences sans nous haïr », a-t-il conclu. Après cette restitution, André MAKIESE a procédé à la présentation des membres du Comité provincial de Kinshasa. Prenant la parole, le représentant du Secrétaire Général à la culture et arts a martelé son intervention sur le bienfondé de la transformation des Associations Culturelles en Entreprises Culturelles Créatives. « Cette transformation, est une opportunité pour un pays car, elle stimule la croissance économique ; crée des richesses pour la société ; facilite l’accès à l’emploi et crée la classe moyenne »,a –t-il expliqué. Quant à l’honorable Jean Marie NTANTU Mey, il  a demandé aux photographes, chasseurs d’images, de rester toujours unis, soudés, mais aussi et surtout en créant un esprit fédérateur entre différentes associations des photographes pour  l’intérêt de leurmétier. Car,ils ont un métier noble qui leur permet  un accès facile  voire même  à la présidence de la République. Toutefois, ils sont également exposés à  beaucoup d’ obstacles(arrestation, assassinat, enlèvement et consort). Et seuls ou de manière isolée, ils ne sauront défendre et protéger leurs droits. Ce jour-là, les chasseurs  d’images de la R.D.Congo, ont été honorés par le dynamisme et les efforts consentis par le Comité National de la corporation dirigé par André MAKIESE Mansi président National, avec la collaboration de Don John Bompengo, vice-président,  assisté par  Constant KUHANUKA Fumu Secrétaire Général, et par José Dola, secrétaire général adjoint, sans oublier ADOLPHE  BABUELE trésorier général ainsi que par le groupe des conseillers.

Simon KIBIMBA

Voir aussi

Cnsa : la tripartite qui accouche d’une souris

L’opposition congolaise a une grande capacité d’oubli. Une capacité tellement grande que souvent, tout vire …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *