mercredi , décembre 12 2018
Accueil / Actualités en temps réel / Candidature de Monsengwo : Tshombela du Clc s’agite

Candidature de Monsengwo : Tshombela du Clc s’agite

Si vous voulez connaître ceux qui vous aiment et ceux qui ne vous aiment pas, feignez la mort. C’est une sagesse des des contes africains. La déclaration de la « Dynamique chrétienne pour l’unité et la démocratie (Dcud), a jeté le pavé dans la marre. C’est comme si le cardinal Laurent Monsengwo avait feint la mort. Ceux qui croient en lui, même sans le connaître, sont montés au créneau pour le soutenir, faire voir au pays qu’il était le candidat le mieux loti. Si le candidat choisi était un politicien autrement actif, un politicien en veste et cravate et non en soutane, le discours serait qu’à travers la Dynamique chrétienne, c’est tout le peuple congolais qui se serait exprimé. On pourrait même dire que le peuple s’étant exprimé, on pouvait déjà mettre ce politicien au pouvoir en lieu et place d’attendre les élections.

La réaction de Jonas Tshombela et de son « ancienne nouvelle société civile », disons sa « Nouvelle société civile » serait total. Mais, puisqu’il s’agit de Monsengwo, la réaction de Tshombela, est équivoque, nuancée, parce ne précisant pas en quelle qualité il agissait. Sa réaction est celle de « Ensemble ». La réaction de Jonas Tshombela est celle de tous ceux qui voient au soutien à une éventuelle candidature de Monsengwo, un désaveu des candidatures de l’opposition qui se sont exprimées jusque-là. Car, en fait, le « peuple-opposition » trouverait quelque chose de valable dans les candidatures de Katumbi, Tshilombo, Kamerhe Bemba et autres, il n’irait pas quérir le cardinal à l’archevêché, bravant ainsi le droit Canon. Car, tel engagement de la part du cardinal, appelerait une rébellion contre le Saint Siège ou une longue procédure pour convaincre le pape François. Cette dernière démarche, compte tenu du temps qui reste – sauf si, complice, le pape aurait tout prévu. Ce qui ferait qu’il puisse donner rapidement la suite attendue. Cette difficulté, normalement, devrait rassurer, apaiser Tshombela. Il se serait gardé des réactions épidermiques.

La panique dans le ventre, le leader de « la Nsc-Clc-Ensemble », s’est jeté à l’opinion comme un désespéré qui se jette par la fenêtre. Un vrai suicide. Pour lui, déclarer le cardinal Monsengwo candidat à la présidentielle, serait le discréditer. Serait-il dicréditant de pésenter la candidature de Monsengwo que de l’engager dans les activités partisanes 50/50 avec l’opposition ?

Qu’est-ce qui est discréditant ? La vérité, dans cette démarche de la Dynamique chrétienne, c’est qu’il y a beaucoup d’aspects gênants pour les sous-marins comme Tshombela. Déclarer le cardinal candidat pour le compte de l’opposition, c’est livrer à l’opinion ce que d’aucuns considéraient comme un secret de Polichinelle. Et tous les Tshombela qui voulaient se servir de la prétendue neutralité du cardinal face aux clans politiques, se voient mis à nu. Car, ils ne peuvent plus faire de l’Eglise de Kinshasa un camouflage politique.

Pour revenir à la déclaration de la Dynamique chrétienne, elle estime,sans preuves, que le « Cardinal Laurent Monsengwo est

la personne la mieux indiquée pour sortir la RDC du chaos et réconcilier le peuple congolais ». C’est du déjà entendu. En 1992, c’était le discours mobilisateur. Mais au bout du compte, c’était la désolation. Pour nous convaincre du contraire, il fallait que la Dynamique nous démontre que Monsengwo président, les mêmes causes ne produiront pas les mêmes effets. Car, le cardinal n’est pas un homme nouveau. Il est bien connu. L’archidiocèse de Kinshasa serait un établissement public avec syndicats, ou un pays avec opposition et droit de grève, elle ne serait pas un havre de paix.

On peut comprendre la peur de Tshombela. Car, c’est de ce côté que pourrait venir le discrédit. Imaginez que pendant la campagne électorale, les langues se délient, les placards soient ouverts, les passions se déchaînent, … que restera-t-il de ce bon brave prince de l’Eglise, conseiller du Saint Père. « Tala sima zonga moto ». Ce qui aurait pu être, ou qui l’est sans être déclaré, le conseil de Tshombela au cardinal, nous le prodiguons plutôt à la Dynamique chrétienne. Revenez à la réalité politique.

La Colombe

 

Voir aussi

Kabila au peuple, Kabila au peuple

La traite, la colonisation, les sécessions, les agressions, les rebellions, n’ont pas eu raison du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *